Navi 33

Verdict

Nous voici parvenus au terme de ce dossier, et cette RTX 4060 à l'instar de toutes les cartes de nouvelle génération, peine à totalement convaincre, même si elle nous semble plus pertinente que sa grande sœur. Du côté positif, un tarif officiel en baisse par rapport à sa devancière, couplé à un gain générationnel plus important que celui mesuré pour la 4060 Ti (même s'il est difficile de le mesurer précisément du fait de la réception d'un modèle overclocké). Ajoutons à cela une consommation frugale et la prise en charge des dernières technologies, à l'instar du DLSS 3 et de l'encodage AV1. Malgré tout, difficile d'oublier que cette carte utilise un GPU si petit, qu'il aurait davantage trouvé sa place au sein d'une RTX 4050 (Ti) que d'une RTX 4060, et donc avec une tarification moindre... La quantité de mémoire vidéo est aussi réduite d'un tiers par rapport à la RTX 3060 (12 Go), ce qui peut légitimement interroger quant à sa pérennité. Qui plus est, les cartes de génération précédente, en particulier celles d'AMD, proposent des rapports performances/prix souvent plus intéressants. Reste à savoir jusqu'à quand perdurera cette superposition des générations, car le fait est que cet AD107 est suffisant pour concurrencer Navi 33 en matière de performances brutes, tout en disposant d'avantages indéniables. Détaillons cela.

• AD107

Die Ad107 MiniCinquième puce à étrenner l'architecture Ada Lovelace, AD107 est un GPU encore plus petit que les 188 mm² de son grand frère, avec 159 mm² sur chaque Wafer. Toutefois, la densité du procédé de gravure 4N de TSMC permet d'y loger près de 19 milliards de transistors, soit davantage que TU102, le vaisseau amiral de la gamme Turing, qui n'en intégrait "que" 18,6 milliards, au sein d'une puce 4 fois plus grande (754 mm²), mais gravée en 12 nm. En comparaison d'AD106, le sous-système mémoire est identique, à l'exception du cache L2 réduit d'un quart. Le nombre d'unités de calcul est par contre amputé d'un tiers ce qui a tendance à rééquilibrer le GPU en faveur de la bande passante mémoire, ce qui n'est finalement pas si mal vu les résultats obtenus.

En effet, AD107 se montre capable de remplacer GA106 avec un gain de performances en rastérisation d'une grosse vingtaine de pourcents en FHD (la définition cible des séries 60 chez Nvidia), tout en proposant des fonctionnalités supplémentaires. Mais plus important, il est aussi capable de tenir la dragée haute à son concurrent RDNA 3 (Navi 33), tout en consommant largement moins et en le devançant nettement en RT. Cela s'explique en partie par les choix respectifs des procédés de fabrication, AMD misant sur le 6 nm probablement bien moins cher que le 5 nm, mais en contrepartie moins performant et dense. Une situation inversée par rapport à la génération précédente, mais pas forcément transposable sans connaissance des coûts de production respectifs, sans compter la situation de pénurie à l'époque qui permettait de tout vendre à très bon prix à partir du moment où l'on pouvait fournir. Nous n'en sommes plus là, et il faut donc convaincre les acquéreurs potentiels, passablement échaudés par les tarifs très élevés qu'ils ont dû encaisser ces dernières années.

C'est un peu une occasion manquée pour AMD, car il avait avec RDNA 2 une offre certes perfectible au niveau du Ray tracing, mais diablement efficiente et performante en comparaison du concurrent en rastérisation, du fait de son avantage côté procédé de fabrication. Cela aurait dû permettre aux rouges de regagner de nombreuses parts de marché, mais la situation de pénurie exceptionnelle a privilégié la capacité à produire sur tout autre élément. À présent la situation est différente, et il ne faut pas se le cacher, RDNA 3 ne répond pas entièrement aux attentes qu'avait fait naître sa devancière. Cela permet ainsi à Nvidia d'utiliser un GPU normalement destiné à la gamme inférieure en face de son concurrent, le mettant ainsi dans une situation plus que confortable. Du coup, on peut pester de l'attitude que certains n'hésitent pas à qualifier d'avarice des verts, mais nous avons affaire ici à des sociétés commerciales dont la raison d'être est de faire du bénéfice, pas d'être humanistes. C'est le monde dans lequel nous vivons et seule la concurrence ou l'effondrement du marché peuvent contraindre ces compagnies à proposer davantage à de meilleurs prix, puisqu'il n'est pas question de sentiment, de bien ou de mal. Le fait est qu'aucune de ces conditions ne sont réunies ici, expliquant ainsi la situation actuelle.

• GEFORCE RTX 4060

Logo NvidiaQue penser de la GeForce RTX 4060 ? À 329 , c'est 6 € moins cher que la RTX 3060 à son lancement. Comme ce fut le cas pour sa grande sœur, la dépréciation de l'Euro face au Dollar conduit à un écart moindre que celui que l'on peut noter en Dollar (HT), puisqu'en réalité Nvidia diminue de 30 $ le prix de la RTX 4060 en comparaison de celui de la RTX 3060. N'allez pas croire que c'est par bonté de cœur, puisqu'on perd au passage un tiers de la capacité mémoire et le GPU qui anime la carte descend en gamme. Pour autant, les prestations sont en hausse notable (+ 27% ici, mais notre modèle est overclocké de série) entre générations et l'on profite d'une consommation moindre ainsi que de l'apport du DLSS 3 permettant de  maximiser les performances et donc en théorie de pérenniser quelque peu son investissement. Toutefois, à la question de la pérennité, la quantité de mémoire embarquée pourrait avoir un rôle à jouer. Avec 12 Go, la RTX 3060 permettait de voir venir, 8 Go s'avèrent de leur côté suffisants dans la plupart des jeux en 1080P et ce sans aucun compromis, mais il existe d'ores et déjà des exceptions, en particulier avec l'activation du RT, nécessitant de revoir à la baisse la taille des textures. Est-ce dramatique ? Pas vraiment, d'autant que les compromis à effectuer ne dégradent généralement que très légèrement la qualité visuelle et sont difficilement perceptibles en FHD, la définition cible de cette carte. C'est toutefois dommage, car l'augmentation de la taille des textures est un point qui permet d'améliorer régulièrement le rendu des jeux, et se retrouver d'ores et déjà limité sur certains titres ne rassure pas quant l'avenir de sa nouvelle acquisition à plus de 300 € ! Il faudra attendre les détails et la mise en pratique du Neural Texture Compression du caméléon, pour juger pleinement de ce potentiel souci. 

Et dans le marché actuel, comment se positionne la nouvelle venue ? Commençons par le face-à-face l'opposant à la RX 7600. En se basant sur les MSRP respectifs, il nous semble légitime de considérer l'offre des verts en priorité, les avantages de la RTX 4060 sur sa rivale (performances en RT, DLSS 3 d'ores et déjà disponible et consommation significativement moindre) justifient à nos yeux les 30 € supplémentaires demandés. Si l'écart est supérieur à cette valeur, c'est déjà moins vrai, c'est pourquoi il faudra suivre attentivement les fluctuations des tarifs respectifs de ces 2 références. Mais surtout, le marché actuel ne se limite pas à ces deux nouveautés, et du fait du chassé-croisé entre générations, il y a de bonnes affaires à saisir. Ainsi, des 3060 / 3060 Ti / 6650 XT / 6600 (XT) / 6700 / Arc A750 (etc.) peuvent toutes potentiellement se révéler être un achat autrement plus pertinent que cette RTX 4060, si le tarif est adéquat. Les nouvelles venues, sont intrinsèquement supérieures à la plupart des cartes listées précédemment, mais elles ne les rendent pas caduques pour autant. On peut légitimement se poser la question de savoir s'il est préférable d'opter pour une solution moderne "au prix fort", ou plutôt se tourner vers une carte plus ancienne bradée, certes un peu moins performante (pas toutes) et efficiente, dépourvue de certaines technologies, mais qui fera très bien le job pour la plupart des utilisateurs. Néanmoins, cette situation de cohabitation des générations ne perdurera pas éternellement et arrivera un moment où les nouvelles générations seront les seules disponibles. Dans ce cadre, la RTX 4060 remplace avantageusement la RTX 3060 pour un usage en 1080P, avec des performances en hausse sensible couplées à une consommation réduite, l'encodage AV1 et le DLSS 3 pour lui adjoindre un supplément de puissance si le besoin s'en faisait sentir. Une option d'upgrade taillée pour les possesseurs de GTX 1060 ou moins, sans avoir à modifier le reste de la configuration (en particulier l'alimentation). Elle nous paraît en tout cas mieux positionnée que ne peut l'être sa grande sœur (Ti), le tarif significativement moins élevé permettant d'être plus tolérant vis-à-vis de certains points sujets à caution, tels que la quantité de mémoire embarquée.

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition du matériel ayant permis la réalisation de ce dossier.

Eric


  • techniquement c'est un die d'entrée de gamme il a pas l'aire d'avoir de probleme de conception 

    juste un peu trop cher pas que en €

    bon test comme d'habitude 

  • Très bon test, exhaustif et précis, comme d'habitude...Qui confirme effectivement la tendance à la déflation sur les GPU actuels. On en est pas encore rendu à la situation pré-covid, mais on s'en rapproche doucement...Même si cette 4060 semble être une bonne carte dans l'absolu, c'est le bon moment pour patienter je pense 😉 

  • On trouve de la RTX 3080 à 400€ et de la RX6800 et 6800XT à 350€. Ça fait tout de même une sacré différence même si consommation plus élevée. 

    • Et c'est exactement ce qu'ils disent dans leur conclusion!

      • 3060 / 3060 Ti / 6650 XT / 6600 (XT) / 6700 / Arc A750 pas de rtx 3080 et RX6800 

        • Que de mauvaise foi

           

          "Ainsi, des 3060 / 3060 Ti / 6650 XT / 6600 (XT) / 6700 / Arc A750 (etc.)"

12 commentaires

Laissez votre commentaire

En réponse à Some User
 
echo LayoutHelper::render("ads.big_rectangle_comments_desktop"); ?>