Msi B760  Gaming Plus Wifi Banniere

La carte et son PCB

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'une carte mère µATX, ça ne nécessite pas de gros emballage. Dans le carton de cette carte mère, nous allons trouver bien peu de choses : quelques nappes SATA, une paire de vis, un bouquin à potasser si vous n'êtes pas très au parfum de la geekerie, pas de quoi se taper le fessier sur le bitume !

La carte est au format µATX donc, et le look général est correct, le contraste entre ce PCB plutôt clairsemé et ces radiateurs blancs métallisés avec des graffitis vert pomme casse un peu la monotonie du noir. Le PCB utilise 6 couches avec deux onces de cuivre pour les pistes. C'est tout à fait cohérent pour une carte à ce format sans pulvériser les coûts de production. Le socket LGA1700 trône en haut du PCB, entouré en haut et à gauche par deux radiateurs qui ont pour charge les VRM et leur contrôleur. Entre les deux, on trouve les deux connecteurs pour CPU 8 + 4 pins.

On retrouve 4 slots de DDR5 sur la droite, ainsi que la prise ATX 24 pins, les headers USB 3.2 Gen 1 Type-A et Type-C. Juste en dessous, il y a le slot M.2 PCIe 4.0 pompant 4 lignes directement sur le processeur. Il est surmonté d'un radiateur métal plat avec pad thermique sur une seule face. Le second slot M.2 se trouve entre les deux ports PCIe x16, il pompe 4 lignes PCIe 4.0 au B760, il est à pwal lui ! Le premier slot PCIe 4.0 x16 est renforcé par un berceau métallique, tandis que le B760 est recouvert par un petit radiateur plat également. Le second header USB 3.2 Gen 1 est coudé à 90° et jouxte le B760.

Le second port PCIe x1 3.0 ainsi que le dernier port PCIe 4.0 physiquement x16, mais x4 en réalité sont tous deux câblés sur le chipset. Les 4 ports SATA 6 Gbps qui siègent en bas du PCB, en guinguette, passent à 3 quand le port M.2 du bas est occupé. C'est relativement complet et si ça ne l'est pas, ça couvre bien des besoins de beaucoup de personnes.

Le verso de la carte mère n'est pas protégé ou renforcé. Il n'y a rien de spécial à dire sur cette face. On notera que le berceau qui renforce le port PCIe 4.0 x16 en haut possède en réalité 6 points de soudure. Si cela peut soulager effectivement le port en cas de carte graphique un peu lourde, on doute de la capacité à le faire sur le long terme avec des cartes de plus de 1.5 kg. Le support de carte graphique nous parait être la solution la plus sécurisante et sécurisée à l'heure actuelle avec ce type de renforcement.

Ils sont beaux ces radiateurs, trônant fièrement autour du socket. Une fois démontés aisément en retirant les 4 vis de serrage, on voit qu'ils ne sont pas des plus épais. Mais malgré cela, ils sont bienvenus, trop de cartes mères font l'impasse - économie de bouts de chandelle - dans ces gammes-là et inférieures. Notez que les pads thermiques sont corrects sans être exceptionnels, avec une conductivité thermique de 7W/mK. On peut également voir que l'empreinte laissée par le serrage sur les pads et les VRM n'est pas uniforme, mais dans tous les cas le contact est assuré !

Il est temps de s'attaquer aux VRM et au contrôleur. Une fois les deux radiateurs retirés, la carte délivre tous ses secrets intimes !

MSI annonce 12+1+1 phases, avec emploi d'un doubleur. Techniquement, le courant reçu par chaque phase contrôlée par le doubleur est divisé par deux, cela permet de baisser les coûts de production de la carte mère, sans pour autant la mettre en danger. Le contrôleur est d'origine Richtek, référence RT3628AE, et effectivement il est capable de contrôler de 1 à 8 phases, prend en charge 2 rails de sortie, et répond aux exigences Intel IMVP9.1. Les phases, doublées et contrôlées par un driver en amont, sont d'origine Alpha et Omega Semiconductor, et encaissent 33A selon le document officiel.

Le panneau arrière est bien fourni, mais plutôt déséquilibré. On attaque à droite par un vieux port PS/2 et deux ports USB 2.0. Viennent ensuite deux DP 1.4 (4k60) et deux HDMI 2.1 (4k60), soit un total de 4 sorties vidéos, c'est quand même beaucoup si on regarde le nombre total d'USB en tout genre présent sur le panneau arrière. Les deux ports USB bleus sont à la norme 3.2 Gen 1 (5 Gbps), les deux rouges qui suivent sont 10 Gbps (un peu mieux). Au-dessus des ports USB rouges se trouve la prise Ethernet 2.5 GbE pilotés par du Realtek RTL8125BG. Viennent les connecteurs des antennes pour le WiFi, et enfin les connecteurs audio simplex pilotés par une puce Realtek ALC897 qui date un peu à présent.

M Galonnier


  • Dommage pour la carte son, mais sinon c'est pas trop mal pour le prix

Un commentaire

Laissez votre commentaire

En réponse à Some User
 
echo LayoutHelper::render("ads.big_rectangle_comments_desktop"); ?>