Banniere Gigabyte X670e Aorus Master

Après avoir écumé une salve de cartes MSI, voici le retour des cartes mères GIGABYTE, avec sa X670E AORUS Master, un écrin à 500 € à découvrir ici !

Voici notre première carte GIGABYTE à destination des processeurs AMD en AM5. Ce n'est pas n'importe laquelle puisque le modèle du jour est très élevée en gamme dans le catalogue du taiwanais, il s'agit de la X670E Aorus Master, un sacré engin pesé à plus de 2.2 kg, et qui, comme vous vous en doutez, ne coûte pas un kilo de patates ! En effet, il faudra débourser 500 € pour ce riche modèle, encore faut-il que GIGABYTE vous en donne pour votre argent ! C'est donc dans cette optique que nous avons évalué la belle, afin de savoir si le ramage se rapporte bien au plumage ! C'est parti !

Gigabyte Logo

La carte et son PCB

Le carton d'emballage surprend quand on le prend en main au déballage : il pèse ! Il est esthétiquement conforme à ce que propose GIGABYTE, avec du noir, des écritures orange et un gros aigle, signe d'Aorus. À l'intérieur, on retrouve un bundle intéressant et plutôt riche : l'antenne pour le WiFi 6E, deux câbles à brancher sur la carte mère gérant les températures, un câble de détection du bruit électronique, deux velcros pour serrer et maintenir la câblerie, un connecteur G, une vis M.2, une rallonge RGB, un manuel d'utilisation succinct et enfin 4 nappes SATA 6Gbps. C'est riche mais ce n'est pas non plus foufou, il n'y a pas cet ajout qui vous fait dire woaw didiou de didiou !

La carte, au format E-ATX est équipée d'un PCB 8 couches avec 2 onces de cuivre. Elle arbore au premier regard une architecture classique, CPU au centre en haut, entouré des radiateurs censés refroidir les VRM et le contrôleur, des 4 slots de DDR5 6000 accueillant 192 Go de mémoire, et du premier slot PCie 5.0 x16 renforcé et dédié à la carte graphique. Ce port possède un bouton déporté qui permet de désenclencher la carte graphique sans avoir à glisser ses mains trop profondément dans le PCB. Le SSD NVMe situé au-dessus du port PCIe 5.0 x16 profitera lui aussi de cette norme, il est surmonté d'un volumineux radiateur qui est beaucoup plus long que lui, et qui est épais sur la même longueur qu'un SSD 22100. Vient ensuite un gros radiateur plan, nous y reviendrons plus bas. Le reste est assez classique, avec quand même deux headers USB 3.2 Gen1 gérant 4 ports en façade maxi, alors que le header USB 3.2 Gen2x2 interne siège au dessous des slots de RAM. On retrouve aussi, tout en bas, deux ports PCIe visuellement en x16, mais qui sont en définitive câbles chacun sur le X670E, l'un prenant 4 lignes PCIe 4.0 et le dernier suçant 2 lignes PCIe 3.0. C'est cependant suffisant pour coller une carte d'acquisition par exemple.

Le PCB de la carte se retrouve bien planqué sous une vaste plaque métallique. Elle reste cependant ajourée au niveau du socket, et au niveau des trous pour les vis de fixation. Elle peut s'enlever, et mettre à nu le PCB, les vis de serrage des radiateurs, mais c'est tout ce qu'elle cache. Le port PCIe a 5 points de soudure, on a vu avec la Z790 Elite X WiFi 7 testée dans nos colonnes que GIGABYTE avait fait évoluer ce point par un berceau métallique fixé sur une contreplaque vissée, autrement plus solide. Elle a un rôle protecteur des soudures.

Les VRM et le contrôleur qui harmonise tout ça se cachent sous deux gros radiateurs reliés par un caloduc en L. Le plus petit des deux est taillé dans un bloc d'aluminium, tandis que le second arbore des ailettes d'aluminium tout en étant plus haut que le premier, augmentant considérablement de facto la surface d'échange. Ces deux radiateurs sont recouvert d'une couche de "nano carbon", ce qui améliore encore la dissipation selon la firme, cette méthode est nommée Fins-Array III. L'interface entre le radiateur et les composants de puissance est assuré par des pads ayant une bonne conductivité, à 12 W/mk, contre 7 W/mk utilisé classiquement par toutes les marques.

Le contrôleur des VRM est en provenance de Renesas, estampillé RAA229620. Les VRM sont au nombre de 16 uniquement pour le CPU, elles viennent aussi de chez Renesas et sont marquées RAA22010540. Elle sont capables de gérer 105A pièce et fonctionnent en parallèle 8 + 8 ! Ce n'est pas tout, il y a deux VRM  dédiées au SoC marqués ISL99390 en provenance de Renesas et acceptant 90A pièce. Enfin, pour finir 2 autres VRM dédiées aux tensions diverses et tapant 90A viennent, encore et toujours, de Renesas, encore marquées ISL99390, mais cette fois contrôlées par un contrôleur Renesas RAA229621. C'est donc bien découplé, bien pensé, avec assez de patate pour faire tourner n'importe quel CPU, et de le pousser dans ses derniers retranchements. C'est une configuration en 16 +2 +2 taillée pour durer !

Nous revenons aux radiateurs en charge des SSD. Certes leur démontage se fait encore via des vis, mais il convient de souligner que l'assemblage est très propre et toutes les pièces s'emboitent parfaitement sans galérer à tout repositionner. Les SSD se fixent sur les 4 slots sans outil, avec le système maison GIGABYTE. Deux SSD sont câblés sur le CPU et pompent 4 lignes PCIe 5.0, tandis que les deux plus bas sont branchés sur le chipset et miament 4 lignes PCIe 4.0. Ils sont tous refroidis par des radiateurs, l'interfaçage se faisant via des pads de bonne qualité à 12 W/mk. C'est un bon point !

Le panneau arrière est très riche. Vous ne manquerez pas de port USB de diverses vitesse. En premier lieu, de gauche à droite, vous trouvez le bouton Q-Flash+, qui sert à flasher à l'aveugle le BIOS si vous aviez un souci, ou victimes d'un flash foiré. Nous trouvons à sa droite les deux antennes de la puce WiFi 6E. Viennent ensuite la prise vidéo DP 1.4 (UHD @ 144 Hz) et le HDMI 2.1 (4k @ 60 Hz). On retrouve ensuite une colonne fait de 2 USB 2.0 et d'un USB 3.2 Gen1 Type-C 10 Gbps. La colonne de ports suivante comprend 2 USB 3.2 Gen2 dont un qui sert de base à la fonction Q-Flash+, et un USB 3.2 Gen2 20 Gbps. Suivent 4 ports USB 3.2 Gen1 10 Gbps.

La colonne d'après inclut deux autres ports USB 3.2 Gen2 20Gbps, et la prise Ethernet 2.5 GbE pilotée par une puce Intel. Enfin, le son est géré par un Codec Realtek ALC1220-VB. La partie WiFi 6E mérite une explication. GIGABYTE a fait deux révisions de cette carte mère. La version 1.0 est équipé avec une puce Intel AX210, tandis que la révision 1.1 du PCB est équipé par une puce AMD RZ616, qui se trouve être une puce Mediatek MT7922A22M rebadgée.

Les mesures des températures des VRM !

Nous avons ajouté désormais ce chapitre, qui va nous permettre de voir rapidement, s'il y a des anomalies relevées dans les températures, qui seraient signe d'une mauvaise conception des radiateurs, ou un défaut de montage qui pourrait les expliquer. Nous avons pris notre Ryzen 7900X, et nous l'avons fait bosser en charge sur tous les cœurs, ce qui forcément demande un max de puissance aux VRM. Le test portait sur 30 minutes de Cinebench 2024, le monitoring a été fait avec HWInfo 7.64. Le tout dans une pièce tenue à 22 °C. Voilà ce qu'il en ressort !

KÉKÉCÉ ? Température au repos Température en charge
Ryzen 9 7900X 42 °C 92°C
VRM RAA22010540 / 105A 33 °C 50°C

Eh bien les résultats sur les VRM sont excellents. En effet, hormis le souffle du ventilateur CPU, il n'y a rien d'autre, puisque c'est une table de bench ouverte qui fait office de boitier. 50 degrés, ça reste tout à fait dans des normes de valeur sans danger pour le matériel. C'est donc une réussite, la débauche d'idées vues dans la conception des radiateurs et l'usage de bons pads thermiques donnent d'excellents résultats !

Le BIOS / UEFI

L'interface graphique est la même sur les cartes AM5 du constructeur. Du noir, du jaune, de l'orange. Comme toujours, deux versions du BIOS se partagent l'espace. Le mode Easy est le plus simple, on peut y voir les accès directs aux principales fonctions de la carte mère, ce qui de facto inclut la gestion des profils RAM, de la séquence bootable. Le reste n'est que de l'information concernant les diverses températures, fréquences et le statut de la DDR5. Ca manque clairement d'inspiration, surtout par rapport au BIOS de la Z790 du même constructeur testé récemment, et qui était une franche réussite.

Puis vient le BIOS Advanced qui, chez GIGABYTE, est défini selon 6 onglets indéboulonnables ! Favorites vous donne la liste des items que vous changez le plus souvent, peu importe leur placement dans l'arborescence du BIOS. Tweaker vous permet d'ajuster finement les paramètres liés au CPU et à la RAM, ce qui inclut fréquences et tensions.

SETTING est l'endroit où vous pourrez toucher tout ce qui ne concerne pas la partie Core et Uncore, intégrée au processeur et qui ne concerne que le CPU en lui-même et pas ses interactions avec les bus PCIe, etc. Ainsi vous aurez accès au stockage, à la gestion des périphériques, de l'intégré comme l'iGPU et bien d'autres choses.

Smart Fan 6 se cache par contre derrière la touche du clavier F6. Ce menu vous permet de régler la courbe de ventilation de chaque prise ventilateur, ou d'appliquer un preset déja défini par GIGABYTE qui s'imposera au moulin connecté sur la prise en question. Vous pourrez également sauvegarder votre profil créé dans le BIOS ou sur un dédé, et l'appliquer à plusieurs (ou tous) connecteurs fan. C'est assez complet et simple.

Conclusion !

La carte mère GIGABYTE X670E Aorus Master est une carte mère qui a de la prétention, et qui met beaucoup de choses en œuvre pour y parvenir. Elle est E-ATX, donc elle est assez grosse, ce format ne rentrera pas dans toutes les tours. Visuellement, elle a du style et ne laisse pas indifférente. Les éléments sont bien placés, les radiateurs sont bien droits et sont très proprement emboités, la seule touche de RGB se situe au niveau de l'aigle au dessus du panneau arrière, la finition est impeccable. On sent qu'on n'a pas un produit d'entrée de gamme dans les mains, le poids et la backplate au verso y sont pour beaucoup dans ce sentiment de robustesse.

Son équipement est riche et sympathique : beaucoup de ports USB, même s'il manque de l'USB 4 40 Gbps, deux slots SSD acceptant la norme PCIe 5.0 et refroidis par des radiateurs imposants, son étage d'alimentation est bien calibré avec ces 16 phases CPU en parallèle (et pas via doubleur ce qui est très différent) à 105A pièce, la carte tiendra la puissance réclamée par votre CPU. Le refroidissement des VRM également est une réussite, grâce à l'action conjointe d'un radiateur à ailettes, et de pads thermiques de bonne qualité à 12 W/mk. Manifestement, la carte est parée pour les futures générations avec un tel montage électrique. On citera également au rayon des bonnes idées le montage sans outil des SSD, dommage que les radiateurs demandent encore une vis pour être enlevés, ou encore le bouton déporté pour désenclencher la carte graphique de son slot. Le WiFi 6E est gage de bonne connexion si vous devez vous en servir, attention à la puce qui s'en charge selon la révision de votre carte mère.

Le son apparait comme la partie la moins travaillée, avec un simple codec Realtek ALC 1220-VB, mais ça reste potable et sans bruit parasite à l'usage. De plus, il y a peu de sorties audio, ce qui pourrait compliquer une grosse installation son sur vote setup. Le seul hic, mais c'est un peu le crédo de toutes les marques, c'est le prix. 500 € globalement pour ce modèle, c'est forcément cher. Mais compte tenu du soin apporté et détaillé dans les points positifs, incluant la longévité du socket AM5 qui n'est qu'à son début de vie et qui devrait accueillir une voire deux générations de plus, on pardonne plus le prix que pour les cartes Z790. Alors oui, c'est cher, mais vous n'êtes pas volés par la qualité du produit, vous en aurez pour votre argent, les manques recensés ne pesant pas très lourd dans la balance en défaveur de la carte. Mais le prix est déjà un marché de niche à lui tout seul !

La GIGABYTE X670E Aorus Master est une carte qui transpire la solidité, tant d'un point de vue conception qu'assemblage. C'est visuellement très bien fini, tout est très bien placé sur le PCB, les radiateurs tombent au millimètre près. L'étage d'alimentation est aussi très solide, et GIGABYTE a mis ce qu'il fallait pour que vous soyez tranquilles pendant longtemps, ce qui implique une sorte de sérénité quand les générations futures de Ryzen AM5 arriveront. Deux SSD PCIe 5.0 en sus du slot graphique, c'est aussi confortable pour ceux qui voudront optimiser leur configuration dans quelque temps. On citera le manque d'USB 4 40 Gbps pour chipoter, ou les radiateurs qui ne sont pas tool less, mais son plus gros défaut est finalement son prix. 500 €, c'est cher, mais l'AM5 étant au début de sa vie, la carte ne sera pas obsolète de suite, et c'est tant mieux !

Points vraiment chouettes ! Points moins chouettes
Finition excellentissime E-ATX pas pour tous les boitiers
16+2+ 2 VRM, dont les plus gros à 105A Seulement 2 jacks pour l'audio
Refroidissement des VRM bien pensé avec des pads de bonne qualité Boot un peu long, réduit avec le dernier BIOS F12
Un port PCIe 5.0 x16 et 2 SSD NVMe 5.0 Renfort du slot PCIe 5.0 un peu faiblard
Ethernet 2.5 GbE, WiFi 6E + Bluetooth 5.2 Prix élevé de 500 €
Montage SSD facile sans outil
Plein de ports USB sur le panneau arrière
Bundle de bonne facture
Debug Led pratique

M Galonnier


  • Merci.

    Très content de cette carte mère hormis le bug des pertes de connexion réseaux avec ce NIC Intel I225V.

    Un firmware 1.93 officiel existe chez Intel depuis le mois d'aout avec un fix mais malgré plusieurs relance , le support Gigabyte ne veut pas me fournir le fichier.

    C'est le firmware 1.45 qui est installé actuellement.

    • Merci.

      Très content de cette carte mère hormis le bug des pertes de connexion réseaux avec ce NIC Intel I225V.

      Un firmware 1.93 officiel existe chez Intel depuis le mois d'aout avec un fix mais malgré plusieurs relance , le support Gigabyte ne veut pas me fournir le fichier.

      C'est le firmware 1.45 qui est installé actuellement.

      Le bug de déconnexion, c'est vraiment l'enfer. Je l'ai sur une carte réseau seule, c'est infernal 🤬 Sous Linux, ça marche, mais pas avec les pilotes Windows 😆

      Et en temps que joueur... Linux ne fonctionne pas encore avec tout, même si beaucoup de mieux. Faut que je test Pop OS d’ailleurs 😋

  • ca me perd la connexion deux à trois fois par an, je suis donc plutôt épargné. Mais c'est poison quand tu la perds tous les jours !

4 commentaires

Laissez votre commentaire

En réponse à Some User
 
echo LayoutHelper::render("ads.big_rectangle_comments_desktop"); ?>