Teamgroup Airflow Serie Ssd Computex 2023

Les derniers SSD NVMe chauffent beaucoup, c'est un fait. ADATA et TeamGroup ont relevé le défi du moment, mais chacun à sa façon !

Ça a été prouvé et (re)confirmé par Phison, un SSD NVMe PCIe 5.0 sans refroidissement, ce n’est vraiment pas le bon plan ! Toutefois, quand bien même l’usage d’un (gros) radiateur secondé d’un bon flux d’air devrait suffire dans la plupart des scénarios, cela n’a certainement pas empêché les fabricants d’y aller de leurs solutions plus ou moins démesurées et/ou plus ou moins créatives pour tempérer ces petits bouts de hardware, en attendant que des contrôleurs moins énergivores et plus faciles à refroidir, tels que le futur PS5031-E31T, arrivent sur le marché. Thibaut nous en avait déjà montré un exemple l’autre jour avec le SSD VIPER PV553 de chez Patriot, mais qui reste bien conservateur par rapport aux propositions d’ADATA et de TeamGroup.

Teamgroup Airflow Serie Ssd Computex 2023

Par exemple, TeamGroup a imaginé la série AirFlow composée de plusieurs radiateurs assez imposants, parfois avec caloducs et ventilés pour coiffer les SSD de sa nouvelle gamme T-Force, et en réduire les températures jusqu’à 30 %. Bon, tout n’est pas nouveau. Certaines de ces créations avaient déjà été aperçues par le passé. Par contre, le constructeur est aussi allé jusqu’à proposer le refroidissement du SSD avec un AIO 120 mm, le T-Force Siren GD120S !

Teamgroup Siren Gd120s Ssd Computex 2023

C’est un AIO 120 mm presque comme un autre : base en cuivre, radiateur en aluminium, deux tubes, une pompe (jusqu’à 4000 tr/min, 22 dBA et 850 ml/min) et un ventilateur (ARGB, jusqu’à 600 à 2200 tr/min et 39,5 dBA). Il ne fait aucun doute que la solution n’aura aucun problème a refroidir le plus rapide des SSD PCIe 5.0 du moment (14 Go/s en lecture et 11 Go/s en écriture) et lui assurer des performances constantes. En vrai, ce n’est pas la première fois que TeamGroup dégaine du watercooling pour SSD. Certains se souviendront peut-être de son SSD autowatercoolé, d’autre de son AIO 360 mm T-Force pouvant refroidir CPU et SSD NVMe simultanément, sans oublier le Cardea Liquid II SSD. En somme, TeamGroup n’a que fait recycler une idée déjà « ancienne » pour le SSD PCIe 5.0, pour lequel une telle solution se justifie un peu plus, mais pas tant que ça non plus.

ADATA a fait dans le refroidissement hybride, assez compact, grâce à un système fermé. C’est la prochaine gamme de SSD PCIe 5.0 NeonStorm qui en profitera. Le principe de ce montage est le suivant : la chaleur du SSD est absorbée par un joint thermique et un dissipateur thermique en métal ; la chaleur est ensuite transférée dans un réservoir de liquide, où elle est absorbée par un liquide de refroidissement ; celui-ci est à son tour refroidi par un tube en alliage d’aluminium immergé au milieu du liquide en question ; en parallèle, le tube est refroidi par deux petits ventilateurs situés de chaque côté.

Adata Ssd Neonstorm Computex 2023

ADATA affirme que sa solution permet d’obtenir une réduction supplémentaire de 20 % de la température par rapport à un refroidissement sans watercoling. On peut aussi supputer qu’un tel système aura moins de risque de fuite qu’un AIO classique et sera potentiellement plus durable. Encore faudra-t-il supporter le bruit supputé des deux ventilateurs rikiki, qui doivent par ailleurs pour l’instant encore être branchés disparagement pour être alimenté, mais ADATA espère que Silicon Motion arrivera à réduire la consommation de son contrôleur afin que l’alimentation puisse se faire via le slot du SSD. À propos de contrôleur, point de PS5026-E26 pour une fois, la série NeonStorm sera basée sur le SM2508 de Silicon Motion, que l’on attend depuis longtemps. Celui-ci promet 14 Go/s en lecture et 12 Go/s en écriture, et jusqu’à 2 millions d’IOPS pour les deux opérations en aléatoire, de quoi concurrencer sans mal l’offre actuelle de Phison sur le segment haut de gamme.

Prix et disponibilités n’ont malheureusement pas fait partie des informations mises en avant pour ces nouveautés, qui peuvent par ailleurs certainement encore un peu évoluer d’ici leur commercialisation, en supposant aussi que celle-ci ait bien lieu, ce qui n’est jamais une garantie. Dans tous les cas, il va surement falloir patienter encore un peu (beaucoup). (Source : Tom's, Tom's)

Matt


  • À ce moment là autant virer le port M2 câblé en PCI-E 5 dans lequel de toute façon il deviendra une plaque chauffante et câbler directement le port pci-e le plus bas de la carte mère en version 5 pour y insérer une carte SSD directement.

    Heureusement que les SSD PCI-E 5 n'ont aucun intérêt pour les particuliers (la PS5 le montre bien ses chargements instantanés de jeux vidéos avec un SSD PCI-E 4).

  • Non mais ça devient n'importe quoi là

    On installe comme les carte filles avec des rad aussi gros ?

    • C'est évident qu'il va falloir faire des concessions. Cela dit, si c'est sur le premier port M.2, qui est habituellement le seul en PCIe 5.0, ce n'est qu'un ventirad que ça empêchera d'installer et peut-être l'un ou l'autre GPU avec une backplate trop épaisse. Je suppose que c'est AIO obligatoire donc. J'aimerai quand même savoir à quel type de public s'adresse ce genre de truc et s'ils en vendent vraiment beaucoup...

6 commentaires

Laissez votre commentaire

En réponse à Some User
 
echo LayoutHelper::render("ads.big_rectangle_comments_desktop"); ?>